AU SOMMAIRE DU NUMERO 356 :

L’ÉCONOMIE SOCIALE EN MOUVEMENT

L’ÉCONOMIE SOCIALE EN RECHECHE

L’ÉCONOMIE SOCIALE DANS LE MONDE

L’ÉCONOMIE SOCIALE EN MÉMOIRES

VARIA

NOTES DE LECTURE

AU SOMMAIRE DU NUMERO 354 :

DOSSIER L’ESS AU MAGHREB

 

Varia

NOTES DE LECTURE

Comme le soulignent les temps forts de ce numéro, l’après-crise du Covid-19 – si ce début d’été 2020 peut-être spécifié comme tel – fait renaître un questionnement qui s’exprima au début des années 2010 autour des façons d’envisager la relation entre l’ESS et l’entrepreneuriat social. Cependant, les termes du débat ont changé, pour plusieurs raisons conjointes. L’une est la prise de conscience de l’aggravation de la crise climatique, dont témoignent aussi bien les bouleversements comportementaux en matière d’alimentation que les résultats des élections municipales en France. Une autre réside dans l’augmentation des inégalités au cours de la dernière décennie. En 2019, la pauvreté s’accroît dans l’hémisphère Sud et, en 2020, alors que les PIB des pays du Nord baissent, les individus les plus riches s’enrichissent à la faveur de la pandémie. Une troisième raison concerne l’évolution du capitalisme lui-même : les normes de l’économie financière qui étaient hier l’apanage de quelques grands groupes privés, s’imposent de façon croissante dans les échanges marchands et s’immiscent dans les politiques publiques des États occidentaux.

Une quatrième raison, enfin, concerne la politique nationale. Après l’espoir qui s’était forgé lors de la célébration du centenaire de la loi de 1901 – en particulier à travers la signature de la charte d’engagements réciproques –, l’État a tourné le dos aux associations. La poursuite de l’essor des commandes publiques en lieu et place des subventions, la réduction drastique des contrats aidés, la diminution générale des aides et la quasi-imposition des contrats à impact social dépossèdent en partie cet acteur central de la vie démocratique de la nation qu’est le secteur associatif de ses capacités d’initiative et d’intervention dans le débat public. Simultanément, l’État soutient activement les start-up – dont les start-up sociales –, auxquelles il  a accordé dès avril 2020...

PDF version